Mes lecteurs m’appellent Philomenne

Pourquoi ce blog ? C’est la première question que je me pose lorsque j’en découvre un nouveau et que je cherche le tout premier billet de l’auteur. Et c’est sans doute parce que vous vous posez cette même question que vous êtes en train de me lire ici aujourd’hui.

Pourquoi un blog de plus, alors que la blogosphère déborde ? Pourquoi un blog plutôt qu’un journal intime que j’aurais planqué dans mon tiroir à chaussettes ? Pourquoi donner à lire ? N’y a-t-il pas dans cette démarche un côté présomptueux, orgueilleux, égocentrique ? Moi, Je et mon blog, en quelques sortes… Il y a sans doute un peu de ça, c’est fatal. Mais pas que.

Ecrire, comme un remède à ses maux. Ecrire pour poser clairement ses interrogations, ses doutes, ses peurs, ses bonheurs, ses réflexions… c’est une chose que je pense avoir faite depuis que je sais écrire, ou presque. Alors je sais que cela permet de prendre du recul, d’y voir plus clair.

Pour le moment, mes seules publications (hormis quelques lignes çà et là) sont restées scientifiques. C’est donc finalement la première fois que je me lance dans la publication, via le net, de quelque chose de plus personnel. Et pendant que je m’aventure timidement sur le chemin du blog, je me demande si le résultat vaudra d’être lu, si je vais tenir la longueur, si… on verra bien.

Mes lecteurs m’appellent Philomenne, mais je ne m’appelle pas Philomenne. C’est un pseudo. Pourquoi un pseudo ? Parce que je suis sure et certaine que mon patron n’aimerait pas ce que je vais probablement écrire. Parce que je cherche un autre travail et que mon futur patron, que je ne connais pas encore, n’aimerait probablement pas non plus. On ne sait jamais, une googelisation est vite arrivée. Pourquoi CE pseudo ? Alors là… Un jour, il y a longtemps, j’ai eu besoin d’un pseudo. J’ai fermé les yeux, j’ai fait tourner mes neurones en mode automatique et elles ont sorti ça. Philomène était déjà pris sur le site auquel j’étais en train de m’inscrire, alors ça a été Philomenne. Mon seul et unique pseudo, que je traine depuis et qui me va comme un gant. C’est mon nom du net, la figure de mon anonymat.

Alors voilà, c’est moi, Philomenne, 40 ans dans quelques jours, ingénieur agronome depuis quelques jours. (Oui, on peut devenir ingénieur à 40 ans, vive la formation continue.) Ce blog va parler d’agriculture en général et d’agriculture biologique en particulier. Mais aussi de travail, de décroissance, de simplicité volontaire. Et de politique, parfois un peu, parce que tout est lié de toute façon. Et un peu de moi, tout le long, parce qu’on est soi, quand on écrit.

Share Button

6 comments for “Mes lecteurs m’appellent Philomenne

  1. 31 juillet 2011 at 13 h 37 min

    Vous ici ?! je suis allée directement sur le 1er billet 😉 Bienvenue à toi dans la blogosphère et merci pour les liens, je sens que je vais /découvrir plein de choses ici !!/

    • philomenne
      31 juillet 2011 at 18 h 14 min

      Mon tout premier commentaire. Et la gagnante est : ma chère Cerise. Merci. Me voilà toute confusionnée

      Je passe officiellement de l’autre côté de la barrière aujourd’hui grâce à toi, dans la coulisse de mon propre blog, après avoir lu ceux des autres depuis des années. ça fait drôle, ça fait tout chaud, ça fait du bien.

  2. 3 septembre 2011 at 17 h 51 min

    éh bien je découvre aussi ton blog du coup ! Je vais d’ailleurs le mettre en lien depuis celui des volcans et je reviendrai te lire avec grand plaisir !!

    • philomenne
      3 septembre 2011 at 18 h 23 min

      Sois la bienvenue Anaïs, c’est un honneur de recevoir ta visite.

  3. 7 février 2012 at 11 h 04 min

    Une amie m’a envoyé le lien de votre blog en pensant que ça me plairait et elle a eu raison…

    Je n’y connais pas grand chose en agriculture mais votre blog parle de tout autre chose, c’est un regard humain que vous portez sur la vie et les autres. Une volonté de changez, de tissez une maille, j’adhère.

    J’ai aussi un petit blog http://bib-bonheurinterieurbrut.blogspot.com qui traite du bonheur, du développement personnel, du bouddhisme, du handicap, de la vieillesse… Je vais vous mettre en lien.

    A bientôt

    Gwen la butineuse

    • philomenne
      7 septembre 2012 at 18 h 24 min

      Bon, ça parle un petit peu d’agriculture quand même… mais nul besoin d’être un(e) profesionnel(le) pour me lire (enfin, je l’espère). Soyez la bienvenue ici et merci pour le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *