Notre Dame des Landes : L’abandon c’est maintenant

DSC_0534 - CopieSamedi dernier, 15 000 manifestants d’après la préfecture, 50 000 d’après les organisateurs, ont marché sur l’autoroute qui conduit à Nantes pour manifester, une fois encore, contre le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes. Une manifestation calme et bon enfant, qui a étiré son cortège sur les cinq kilomètres du parcours.

Le cortège, très éclectique en termes d’âges, de provenances (encore une fois, j’ai vu des plaques minéralogiques en provenance de la France entière), d’obédiences politiques, a défilé dans la gaité et les couleurs des bannières. Contrairement à ce qui s’était passé pour certaines autres manifestations, beaucoup de drapeaux de syndicats, partis et associations étaient présents : EELV, Parti de Gauche, CGT, Attac, FSU…

Et puis il y  a eu ce moment extraordinaire où, à la faveur d’un mouvement collectif dont seules les foules les plus enthousiastes ont le secret, des milliers de personnes se sont mises à taper sur les glissières de sécurité, adoptant rapidement un seul et même rythme. Très vite, les cris se sont tus, laissant la place à ce slogan unique et sans parole, un boucan incroyable, l’expression tapageuse d’une détermination inentamée.

Il est temps d’abandonner ce projet pour le remplacer par un autre : l’aménagement de l’aéroport de Nantes Atlantique, tout à fait possible pour un coût moindre, l’évolution de la ZAD vers un projet collectif, écologique, vivrier.

Edit : Le rapport de contre-expertise sur l’utilité de construire un aéroport, c’est par là.

 

Share Button

7 comments for “Notre Dame des Landes : L’abandon c’est maintenant

  1. Julie
    3 mars 2016 at 7 h 47 min

    Bonjour, je ne comprends pas vos dernières lignes, c’est normal ?

    • Philomenne
      3 mars 2016 at 9 h 15 min

      A priori non, qu’est-ce que vous ne comprenez pas ?

  2. Isa
    3 mars 2016 at 11 h 32 min

    au même moment en Ardèche , une mobilisation importante contre l’exploitation des gaz de schistes..Continuons de nous indigner et de manifester

  3. David
    4 mars 2016 at 15 h 33 min

    Bonjour,
    si personnellement je suis opposé à l’aéroport, paradoxalement, je ne comprendrais pas l’abandon du projet.
    Ni d’ailleurs le maintien du projet.

    Au final quelque soit le choix, il sera faux.
    La seule solution est de prouver, de sortir les rapports d’expertises, et de voir si l’aéroport est réellement nécessaire ou réellement inutile.
    En l’état actuel des informations, la question reste posée, l’état préférant un déni de démocratie, plutôt que la transparence.

    • Philomenne
      4 mars 2016 at 17 h 15 min

      Les rapports d’expertise sont formels : ce projet est totalement inutile. Les pistes ne seraient pas plus grandes que celles de Nantes Atlantique, la partie des bâtiments allouée au transit des passagers, plus petites (alors que pour le coup, à Nantes Atlantique, il y a un problème de place pour les passagers en période de pointe) ; la seule chose qui serait plus grande, c’est la partie dévolue aux boutiques ! Consommation, quand tu nous tiens…
      Quant à l’argument du lac de Grand Lieu, on sait maintenant qu’il n’est pas menacé par Nantes Atlantique. Donc détruire une zone humide pour le préserver est un non sens.
      Bref, si on regarde les documents (rapports d’expertise, permis de construire), on se rend compte que les seuls intérêts servis par le projet sont financiers.
      A partir de là, l’abandon du projet va de soi et serait une très bonne solution. Rendons cette zone humide à son rôle de réserve naturelle et d' »éponge à crues », laissons les terres agricoles à ceux qui les travaillent et ont des projets plein la tête ; des projets qu’ils mettent déjà en œuvre : petite agriculture, permaculture… Notre Dame des Landes est aussi un formidable laboratoire d’agriculture alternative, qui mériterait d’être encouragé, pas détruit.

      • David
        8 mars 2016 at 10 h 55 min

        Il me semblait justement que les rapports d’expertises ayant permis le classement de NDDL en utilité publiques n’ont pas été rendu publiques.

        A moins, que ça ait changé depuis.

        De toutes façons, quelques soit l’issue, ce projet est déjà un échec.
        Surtout un échec d’état, avec la mise en place d’un 1er ministre soutenant le projet de la ville dont il est maire (il touche un %age dessus, comme chez nous avec les ronds points ?).
        Enfin bref, je m’étends pas, car c’est un sujet qui a le don de m’énerver. (tout comme la lutte contre la fraude fiscale mené par un fraudeur…)

        • Philomenne
          10 mars 2016 at 13 h 42 min

          Les expertises, je ne sais pas, le rapport de contre-expertise, oui, le permis de construire, oui, comme pour tous les projets immobiliers. (Je viens de remettre la main sur le rapport de contre-expertise, je te l’envoie par mail et je ferai un lien pour le mettre en ligne parce que celui que j’avais utilisé est mort).

          Si ce projet est un échec, il est urgent de le laisser tomber, pour préserver les terres agricoles et les zones humides de NDDL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *